Pour faire du pain biologique.

sommaire animaux

L'histoire du pain biologique commence dans les champs. Au lieu de mettre l'engrais chimique, les fermiers répandent du compost qui vient du fumier des vaches qu'on laisse décomposer pendant un an. Pour diriger la fermentation ils mettent de la camomille, de l'ortie, de l'écorce de chêne, du pissenlit et de la valériane en pulvérisation. Puis ils le couvrent de paille ou de terre. Pour avoir assez de fumier, les vaches sont rentrées tous les jours de l'année.
A l'automne M. ou Mme Derrez labourent puis sèment le blé au début de l'hiver. Ils ne sèment jamais deux années de suite sur la même parcelle. Il ne faut pas mettre de désherbant. Au printemps le blé est en fleur mais attention, une maladie appelée la carie peut transformer la graine de blé en poudre noire. Pendant l'été ils moissonnent le blé.
Il est conservé dans une chambre froide à 15° parce que les charançons qui le mangent ne peuvent pas se reproduire à cette température. Le blé est mis dans une bétonnière avec un peu d'eau pour ramollir son enveloppe. Il faut le laisser reposer toute la nuit.

Après ils utilisent un moulin qu'ils ont inventé avec une meule en granit pour moudre le blé.

Le son est récupéré pour nourrir les animaux.

Voici une recette pour faire du pain bio :

1 kg de farine bio pour 600 g d'eau, du sel de Guérande, du levain (de la pâte de la veille ) et on pétrit le tout. On divise ensuite la pâte pour faire des pains de toutes formes. Si vous voulez vous pouvez ajouter des graines de tournesol, de sésame ou des noix...

Laissez reposer le pain pendant quatre heures à l'envers pour pouvoir ensuite le poser plus vite et sans l'abimer sur la pelle.

L'enfourner dans un four à bois de préférence, à 280°, et laisser cuire pendant un quart d'heure à vingt minutes.

Là où l'on pose le pain dans le four, ça s'appelle la sole. Elle tourne pour éviter d'avoir à utiliser une pelle avec un manche trop long.

Bon appétit mais attention ! Si quelque chose craque sous les dents c'est peut être un caillou qui vient du sel de Guérande. (Mais, c'est rare d'en trouver dans le pain. )

Merci à Nelly, Valérie, Magalie, Gaëlle et Mme Derrez.